On constate sur cette vue aérienne la position dominante
de la collégiale et l'extension concentrique de la ville ancienne.

La construction de la Collégiale Notre Dame, consacrée basilique en 1951 par le nonce apostolique Mgr Roncalli futur pape Jean XXIII, s'est échelonnée de 1509 à 1586. En fait, les dolois parlent de leur "collégiale" plutôt que de la "basilique". L'église, de belle proportion, est la plus importante construction religieuse de Franche-Comté et constitue le bâtiment phare de la ville. Le plan classique en croix latine, révèle un style gothique parfois flamboyant. L'église contient quelques oeuvres qui méritent attention : le portail (Hugues le Rupt, 1577), la Sainte chapelle (Hugues le Rupt, 1609-1614), une Vierge à l'Enfant de très belle facture, de grands tableaux de Pecheux (fin du XVIII° siècle) à présent restaurés mais peu visibles dans la nef, une chaire de Denis le Rupt en marbre de Sampans, une autre chaire en bois doré du XVIII°, la tribune supportant l'orgue de Riepp, édifiée au XVI°siècle par Denis le Rupt. Les statues d'apôtres (école bourguignonne du XV° siècle ont retrouvé leur emplacement d'origine dans la chapelle de la Visitation depuis 2007.

Tantôt discrète, tantôt dominantre, la collégiale s'impose constamment au regard du promeneur




La collégiale vue depuis les hauteurs d'Azans. Au loin le Mont Roland.

La collégiale depuis la Bombardière.


Décembre 2005

 









On ne manque pas d'air à Dole !


Côté nord


Porche par Hugues le Rupt


Reflet dans le canal des tanneurs.


Choeur de la collégiale




Sainte Chapelle (XVII°) aménagée pour recevoir
l'hostie miraculeuse de Faverney (1608
)

Vierge de l'école bourguignonne (XV°)




Décoration baroque de la Sainte Chapelle
Tout élément gothique a disparu. La voûte d'ogives
est remplacée par une voûte en berceau à compartiments

Détails de la voûte à compartiments.


Statues d'apôtres (Ecole bourguignonne XVeme siècle) à présent restaurées et replacées dans leur site d'origine

(chapelle de la Visitation, ancien collège St Jérôme, devenu auditorium Karl Riepp en 2008).

Chaire à prêcher et bénitier par Denis Le Rupt (1556) en marbre de Sampans. Chaire à comparer avec celle de l'église d'Auxonne (centre) de Pesmes (droite) et de St Jean-de-Losne (en bas) du même artiste.


La croix latine traditionnelle formée par le toit.


Le clocher dominant comme un phare la vieille ville du haut de ses 72 m


Un patchwork coloré de toits encerclant la collégiale


Un ensemble remarquable : chaires, tribune, orgue
et tableaux de Pécheux

 



Baldaquin de chaire en bois peint (XVIII°)


Orgue de K J Riepp et sa tribune.
K J Riepp n'a pas hésité à asseoir le positif
sur la colonnade de la tribune sculptée par D. Le Rupt deux siècles plus tôt intégrant celle-ci dans
l'ensemble esthétique.



Détail (cuivre) de la porte d'entrée à claire-voie
de la Sainte chapelle
illustrant le miracle de Faverney (A. Chastel)
1611

Vitrail commémorant la visite de Louis XIV
à la Sainte chapelle
le 14 février 1668 après la reddition de la ville..

 


Porche de la Sainte chapelle
(1609-1612)
Hugues le Rupt
Trois arcades en plein cintre encadrées de colonnes romaines, découvertes en 1550, surmontées par un fronton triangulaire échancré par une niche







Vues sur la nef montrant quelques uns des 12 tableaux de L. Pécheux (XVIII°), avant restauration.

 

La collégiale a retrouvé toute sa splendeur passée après restauration (Juin 2009).




Un des tableaux ornant le choeur vient d'être restauré.



Lutrin en marbre et fer forgé orné d'un angelot de Nicole (XVIII°) et tombeau du chancelier Carondelet (XVI°) de style Renaisance (J. Mone)
 

 



Baptistère de style renaissance.



Porche du tombeau du chancelier Carondelet

Détail de la voûte du choeur


Un animal mythique survolant la collégiale ?
Feux d'artifice de la Pentecôte 2006.



Antiphonaire (XVII°).
Bibliothèque municipale


Partition originale d'une messe de Lerouge
(organiste à Dole en 1789). Bibliothèque municipale



Après le ravalement extérieur de ces dernières années, un important chantier a débuté à l'automne 2006
pour restaurer l'intérieur de l'édfice
qui s'est achevé pour la célébration de son 500eme anniversaire à la Pentecôte 2009.






Toute reproduction de ce site requiert l'autorisation de l'auteur..
retour à la page d'accueil