Ne quittez pas Chevigny sans une pensée pour son ancien maire, Albert Louvet, capitaine de Zouaves, dont l'image fut associée au papier à cigarettes
bien après la guerre de Crimée (1854-55) en référence au Zouave du pont de l'Alma à Paris.
Pourquoi le Zouave ?
La légende veut qu'à la bataille de Sébastopol, un Zouave ayant cassé sa pipe en argile
eut l'idée de rouler son tabac dans une gargousse (papier servant à conserver la poudre de fusil).


A deux pas (1Km5) de Chevigny, en direction d'Auxonne, vous trouverez facilement un géant de la nature :

le chêne de la Manche.
Ce chêne a plus de 300 ans, il est contemporain du roi Louis XV. Circonférence du tronc : 6 mètres, hauteur : 60 mètres, poids 80 tonnes. Il est encore en parfaite santé et son espérance de vie puisqu'il a résisté aux violentes tempêtes de décembre 1999 est vraisemblablement de...
quelques siècles.



Lors de ces tempêtes le tracé isobarique
a franchi les limites normalisées du barographe à Dole.


NB : le personnage de droite mesure 1m85



A comparer avec un autre chêne vénérable, le Chêne Notre Dame de Falletans, près de Dole,
saisi par le givre hivernal, datant du XVeme siècle
.


et le chêne à Vierges de Bresilley (près de l'abbaye d'Acey) encore plus ancien (sas doûte XV° siècle)
Ce géant (8m de circonférence, 25m de hauteur) qui est l'objet d'une dévotion marianle denpuis des siècles cache dans son tronc plusieurs statuettes de la Vierge.
Servait-il avec d'autres qui ont disparu à borner le domaine de l'abbaye d'Acey ?
Il porte un écriteau avec la mention "Ave Maria" exécuté par S. Vieille.



Alors commence un beau circuit touristique, qui vous mènera à Mont Roland, Auxonne, Menotey, Pesmes, Offlanges, Thervay, Brans, Frasne, la Serre, Montmirey, l'abbaye d'Acey.


Carte du Jura nord afin de visualiser votre itinéraire.



Le Mont Roland

Site remarquable au nord de Dole
offrant une vue
panoramique sur la plaine de Saône, jusqu'à Dijon et la côte bourguignonne d'un côté, la forêt de Chaux, les monts du Jura et le Mont Blanc de l'autre.
Un sanctuaire, édifié au XIX° abritait un pélerinage remontant au XI° siècle.
La légende du preux neveu de Charlemagne se retrouve ici même sous la forme de cette
sculpture d'origine non identifiée nichée à l'extérieur du sanctueire.





Le Mont Roland dans la lumière blafarde d'un jour d'hiver.


 

Orgue du sanctuaire de Mont Roland.

Cet instrument, conçu par un facteur de Vesoul (peut-être L F Callinet ?) à la fin du XIXeme siècle pour l'Institution St Jean de Besançon, après avoir été "découvert" par le facteur dolois Ph. Hartmann a été entièrement re-composé par Jean Deloye en 1976. En effet, disposé à l'origine en profondeur, le facteur a tenu compte de la structure de l'église de Mont Roland pour superposer les différents éléments (Grand Orgue et Récit) modifiant ainsi l'étagement des plans sonores. L'orgue est composé de 1330 tuyaux répartis sur 20 jeux distribués sur deux claviers manuels (Grand Orgue et Récit) et un pédalier. Le buffet de style néo-gothique s'harmonise avec l'architecture de l'église de Mont Roland. L'orgue fut inauguré par Michel Chapuis le 15 mai 1982.

Source : Claire-Marie Dany Ledoux et Père M. Boisson.


 

Par décision épiscopale, le sanctuaire cesse la plupart de ses activités à compter du 01/01/2014 réduisant ainsi une présence religieuse datant de onze siècles.



Impressionnants mammatus générateurs de grêle accumulés au dessus du Mont Roland (27/06/05


Auxonne

En reprenant la route vous arriverez rapidement à Auxonne, sur les rives de la Saône, qui mérite une visite détaillée.

Vue aérienne d'Auxonne.



Les fortifications de Vauban en bordure de Saône


Halles (XVeme)


Escalier en bois tourné (XVIIIeme)


Eglise (XIIIeme - XVIeme)



Remarquable devanture de boucherie en fonte moulée (1886)


Orgue F.Callinet (1788) de l'église Notre Dame récemment restauré (1994-99) par L. Plet, facteur d'orgue à Troyes
A remarquer la ressemblance de la tribune (1629) avec celle de la cathédrale de Dijon.

Hotel de ville (XVeme)



Effet de rétroviseur (on peut remarquer le clocher avec sa flèche vrillée)

Jeux de couleurs

Vierge (Ecole Bourguignonne XVeme)

Crépuscule d'hiver sur la Saône.

_______________________________________________________________

A quelques tours de roues, vous ne pouvez pas manquer

Saint Jean-de-Losne.

Charmante cité construite sur les rives de la Saône qui a subi (ou bénéficié de) sa situation aux confins du Duché et du Comté de Bourgogne. Outre la présence de son port fluvial, un des plus importants de France, cette bourgade possède une très belle église (St Jean-Baptiste) datant des XVeme et XVIeme siècles. Cette église abrite un orgue (24 jeux, montre de 6') construit par le facteur dijonnais Bénigne Boillot en 1768, classé monument historique. On notera une grande similitude -toutes proportions gardées- avec le buffet de l'orgue de Riepp à Dole. Rien d'étonnant à celà, puisque B. Boillot connaissait K. J. Riepp qui avait d'ailleurs été pressenti pour construire l'orgue de St Jean-de-Losne. Cet instrument est pratquement dans son état d'origine.

 

Chaire à prêcher par Denis Le Rupt.

orgue de B. Boillot (1768).

Orgue de Saint-Jean-de-Losne

Bénigne Boillot, natif de Nuits-Saint-Georges, contemporain de K J Riepp, a été fortemnt inspiré par l'oeuvre de celui-ci en Bourgogne. L'orgue de Saint-Jean-de-Losne, commencé en 1765 fut achevé en 1768. Il est composé de 24 jeux répartis sur deux claviers (Grand Orgue et Positif) et un pédalier. Le buffet, très harmonieux, est une réplique en plus petit de celui que M. Devosges avait conçu quelques dix ans plus tôt pour l'orgue de Riepp à Dole. L'instrument est pratiquement dans son état d'origine après avoir été restauré par F. Callinet et entretenu par Ph. Hartmann.

 

Entrée de sacristie.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Avant d'aborder Auxonne, n'hésitez pas à faire un détour pour visiter à pieds un des plus beaux villages classés de France, MENOTEY, dont les ruelles pentues, pittoresques et somptueusement fleuries sont bordées de spendides maisons vigneronnes et patriciennes datant des XVII° et XVIII° siècles. A voir également deux très belles fontaines anciennes en pierre de Sampans magnifiquement restaurées. L'église renferme des statues de l'école bourguignonne et de belles peintures ainsi qu'un porche en pierre de Sampans ayant de grandes similitudes avec celui de la collégiale de Dole.

Notons la création récente (2015) de l'association "Menotey Patrimoine" dans le but d'entretenir et de sauvegarder le riche patrimoine local.

Christ aux liens (XVI°).

Sur les hauts de Menotey.

 

Eglise St Pierre.

 

Porche et tribune qui était destinée vraisemblablement à recevoir un orgue. On aperçoit un tableau récemment restauré représentant l'Assomption de la Vierge (XVII°)

Ste Anne (XVII°)

St Sébastien (XVII°)

 

Le village de Jouhe.

 


Pesmes

 

 

Fièrement perché sur un escarpement dominant l'Ognon, ce bourg possède un charme fou avec ses terrasses surplombant la rivière, ses belles demeures datant de sa période de gloire (XVIIeme et XVIIIeme siècles), et surtout ce petit bijou de la Renaissance que constitue l'église St Hilaire.

Les origines de cette petite ville remontent très loin puisqu'on suppose qu'il existait une occupation dès l'époque gallo-romaine.

A voir et revoir à satiété

 



Le site de Pesme est devenu un sujet d'étude pour artistes étrangers.


Pesmes depuis l'ile de la Sauvageonne
Photo : Sandrine Vieille©

Eglise St Hilaire :

 

Chaire à prêcher XVIeme (Denis Le Rupt)
Détail.

Saint-Sebastien (marbre XVI°).

le maître autel et son retable baroque (1825)

 


Nef et choeur.

 


chapelle des d'Andelot (1556 - 1563)

Edifiée par Pierre et Jean Dandelot (Bailli de Dole, écuyer de Charles Quint).

Entrée de la chapelle et médaillons de la Trinité.

Décoration en marbre sculpté de Sampans de la chapelle des d'Andelot par Claude Arnoux dit Lullier ( XVIeme).

Vierge et l'Enfant, et vraisemblablement Philippote de Houes et Quiette d'Igny (épouses de Jean d'Andelot).

Photos Agnès Revel ©

 

Mausolée de Jean et Pierre d'Andelot (XVIeme)


 


Vierge à l'Enfant (Jean de la Huerta) XV°


 

 


Orgue de Mourez (1727). Buffet de Morey.








Triptyque de Jacques Prévost


Panneau central du tryptique : Mise au Tombeau (peinture sur bois) par Jacques Prévost (XVIeme)
J Prévost, peintre d'origine doloise élève de Raphaël,
auteur du Jugerment Dernier destiné à la collégiale de Dole.

Entrée monumentale des forges (style C. N. Ledoux, XVIIeme).

Un des bâtiments des forges fondées en 1660 dont la production

était destinée à l'armement de la marine royale.




Offlanges
et ses vignes

 

 

Les coteaux d'Offlanges.


Près d'Offlanges paysages entre Serre et Saône :


Paysages d'après moisson près d'Offlanges









Les mêmes paysages en hiver

Atterrissage en mongolfière près du Mont Guérin.

 

Du côté de Rainans.

 


Dans le massif de la Serre, une curiosité de la nature : grotte de l' ermitage, baptisée "Maison du Loup"

par mes enfants!

Beautés de la nature dans la Serre.

(photos C. Revel)




Thervay
et sa curieuse fontaine aux cygnes (1834)




Brans
et son lavoir

Fontaine de Bataillé.


Frasne les Meulieres

et ses fontaines

Eglise de Frasne (vue aérienne).




Le clocher de l'église de Frasne émergeant tel un phare sur une mer de tournesols
Frasne, terre d'élection d'artistes de renom international tels que Chiara Bianchini,
"ensemble 415"
en résidence à Dole et Denis Londe, facteur d'orgue.

Coucher de soleil près de Frasne.

 


 
Montmirey le Château

Montmirey la Ville




 

On peut apercevoir les vestiges d'un château médiéval (XIeme) enfouis sous la végétation sur la colline dominant le village au delà de l'église.

Le château (XVIIIeme, fortement remanié au XIXeme). Propriété privée.On y trouve la plus importante bibliothèque privée de Franche-Comté (ouvrages comtois et incunables). Beau parc à l'anglaise avec quelques essences rares.




Crépuscule tombant sur Montmirey comme de l'or en fusion


Eglise de Montmirey-le-Château (XVIIIeme)
A l'intérieur plusieurs retables méritent un coup d'oeil.


Le village s'est installé au pied du Mont Guérin où on peut encore deviner la présence d'un camp datant du Néolithique.Il a conservé un charme désuet avec maisons vigneronnes et bourgeoises ainsi que quelques lavoirs.


Abbaye d'Acey

Fondée en 1136, par Anséric archevêque de Besançon et Raymond III Comte de Bourgogne, l'abbaye connut un développement considérable aux XIIeme et XIIIeme siècles dans la mouvance de l'essor cistercien. L'architecture est un bel exemple de l'émergence du style gothique dans la région. Les bâtiments furent grandement transformés au XVIII° et surtout dans les années 1970-72 quand il devint nécessaire de remanier la nef qui menaçait de s'écrouler. L'église proprement dite donne une impression d'austère simplicité monastique renforcée par les tout récents vitraux (1991-94) de Jean Ricardon, éxécutés dans l'atelier du maître verrier dijonnais Parot.







Notre Dame



d'Acey.



Bâtiments conventuels



L'Ognon près


de l'abbaye d'Acey.


Acey, abbaye de la nature au milieu de la nature.

Nuée de printemps sur Acey

 


















 



Images de vitraux
se projetant sur les murs.



 


Soleil d'hiver à Acey.



Mais aussi des crépuscules d'été
chargés de sérénité et d'espérance.




 

Pour apprécier ces sites en prenant de la hauteur,

rien de tel qu'un vol en mongolfière.






All rights reserved.

Toute reproduction de ce site requiert l'autorisation de l'auteur..

(Voir contact ci-dessus).

©